Édition de novembre 2017 | Parution 02

Portrait | L’Ordre vous présente Tommy Beaudry, t.i.m.

NOM : Tommy Beaudry, t.i.m.

DOMAINE : Médecine nucléaire

LIEU DE PRATIQUE : Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal

ANNÉE DE GRADUATION : 2006

 

Pourquoi avez-vous choisi la profession de technologue ?

« Je suis devenu technologue par un heureux hasard. À mon arrivée au Cégep, je n’avais toujours pas trouvé ma voie; il y avait trop de possibilités devant moi. C’est l’orienteur qui m’a dirigé vers le secteur de la santé et j’ai opté pour la médecine nucléaire par curiosité, ce domaine m’étant complétement inconnu à l’époque. »

 

Que retenez-vous de vos années d’implication au sein de l’Ordre ?

« Je me suis d’abord impliqué au sein du comité de la relève dans le but d’aller à la rencontre des jeunes pour leur présenter notre profession. Pendant 5 ans, j’ai eu la chance de partager ma passion en aidant des étudiants à valider ou confirmer leur choix de carrière, à l’instar du soutien dont j’avais moi-même bénéficié 15 ans plus tôt. Par la suite, je me suis joint au comité du magazine afin d’en apprendre davantage sur les différentes professions au sein de l’Ordre. J’ai alors réalisé que les articles de l’ÉchoX permettent aux membres de se familiariser avec des techniques observées dans d’autres centres, mais surtout, qu’ils représentent une façon intéressante de mettre à jour nos connaissances pratiques et théoriques. »

 

Selon vous, quelles seront les qualités recherchées chez les technologues de demain ?

« Je crois qu’il s’agira des mêmes qualités que celles recherchées chez les technologues d’aujourd’hui. Toutefois, le vieillissement de la population nous demandera certainement de faire preuve d’une grande patience et de beaucoup d’empathie à l’égard de nos patients plus âgés. Il n’est pas rare de voir une personne seule ayant besoin d’aide lors de son examen et tout porte à croire que ce nombre ne fera qu’augmenter. »

 

Qui vous inspire ?

« Les personnes qui m’inspirent incarnent des valeurs et des qualités qui me sont chères. C’est le cas de mon père, un grand homme qui était à l’écoute des autres, toujours prêt à aider son prochain et à avancer malgré les obstacles qui se dressaient devant lui. C’est aujourd’hui que je réalise l’ampleur de tout ce qu’il m’a appris. »

 

Quel est votre rêve le plus fou pour la profession ?

« J’aime rêver qu’un jour, chaque centre hospitalier détiendra au moins un appareil de tomographie par émission de positrons (TEP), de façon à éviter aux patients de se déplacer pour y avoir accès. Un tel appareil permet de diversifier les types d’examens, ce qui contribuerait à réduire la liste d’attente. »

 

Racontez-nous une anecdote vécue dans le cadre de votre travail

« Il arrive régulièrement que des patients confondent certains termes, créant ainsi des situations loufoques qui font sourire. Par exemple, on se croirait à une fête lorsqu’un patient s’attend à recevoir un serpentin plutôt que le médicament Persantin; et nous avons l’impression de voyager dans le temps lorsqu’un patient se demande s’il sera encore rétroactif durant les heures suivant l’injection de notre substance radioactive! »