Édition de mars 2018 | Parution 06

PORTRAIT | L’ORDRE VOUS PRÉSENTE JULIE MORIN, T.I.M., C. GESTION

NOM :  Julie Morin, t.i.m., C. Gestion

TITRE : Directrice de l’amélioration de l’exercice

LIEU DE PRATIQUE : OTIMROEPMQ

ANNÉE D’OBTENTION DU DIPLÔME : 1998

POSTES OCCUPÉS À L’ORDRE :

  • Inspectrice – de 2003 à 2005;
  • Chargée de projets – 2005 à 2006;
  • Coordonnatrice de l’inspection professionnelle – 2006 à 2009;
  • Directrice de l’amélioration de l’exercice – depuis 2009.

 

Pourquoi avez-vous choisi de devenir technologue?

Je suis devenue technologue par intuition, en feuilletant un guide qui décrivait différentes professions et non à la suite d’une longue réflexion en termes de choix de carrière. À la lecture de la description, c’est comme si j’avais toujours su que cette profession me convenait. Pourtant, je n’avais qu’une vague idée de ce que pouvait réellement représenter le travail de technologue en imagerie médicale dans le réseau de la santé.

J’ai toujours manifesté un intérêt particulier pour le milieu médical, le travail d’équipe et les nouveautés technologiques. L’idée de mener une carrière professionnelle dans le réseau de la santé m’intéressait grandement. De plus, les alternatives possibles quant aux lieux de travail et l’opportunité de choisir entre plusieurs secteurs d’activités en lien avec la profession me paraissaient être de grands avantages, étant une personne qui apprécie le changement.

Aujourd’hui, je suis heureuse de m’être fiée à cette intuition, car je suis ravie du parcours professionnel que j’ai eu le plaisir de mener jusqu’à maintenant.

 

Pourquoi avez-vous décidé de travailler à l’Ordre? Qu’est-ce qui vous apporte le plus de satisfaction dans votre travail? De quelles réalisations êtes-vous la plus fière?

Après cinq ans de pratique comme technologue, j’avais déjà exercé dans plusieurs modalités telles que l’IRM, l’échographie, la mammographie, la tomodensitométrie, et ce, autant dans le milieu hospitalier qu’en clinique privée.

Étant sans cesse à la recherche de nouveaux défis, j’ai tout de suite su qu’en répondant à l’offre d’emploi offerte par l’Ordre en 2003 pour pourvoir un poste d’inspecteur, je pourrais contribuer au rayonnement de la profession et faire la connaissance de nouvelles personnes engagées, dévouées et passionnées par leur travail.

Depuis ce temps, et grâce aux différents postes que j’ai occupés au sein de l’Ordre, je peux affirmer que je ne m’étais pas trompée. Ainsi, j’ai eu l’opportunité de relever plusieurs défis d’envergure et j’ai également eu la chance de découvrir des personnes exceptionnelles : mes collègues au siège social de l’Ordre, des technologues membres de différents comités et tous les collaborateurs et les collaboratrices que j’ai rencontrés et côtoyés au fil des ans.

Le fait de contribuer à plusieurs projets pour l’avancement de la profession, de mettre en place de nouveaux outils ou processus à l’intention des technologues et de participer à l’organisation de divers évènements de formation est ce qui m’apparait le plus satisfaisant.

L’une des réalisations dont je suis la plus fière et pour laquelle avec l’équipe de l’amélioration de l’exercice et moi avons énormément travaillés et continuons, encore aujourd’hui, d’y apporter des améliorations, est la création de la plateforme de formations en ligne de l’Ordre (autrefois appelé « FormaZone ») et le développement du portfolio informatisé.

 

À votre avis, quelles sont les qualités recherchées chez les technologues de demain? Pourquoi?

Selon moi, le professionnalisme et l’empathie envers les patients sont les qualités les plus importantes qu’un technologue devrait démontrer et qui seront toujours essentielles, peu importe les avancées technologiques ou le secteur d’activité dans lequel il exerce.

 

Nommez une personne qui vous inspire et la raison et expliquez pourquoi.

Plusieurs personnes m’ont inspirée et m’inspirent chaque jour. Il s’agit, entre autres, de tous ceux qui ont su préserver leur passion et qui possèdent toujours le feu sacré, et ce, après de nombreuses années de travail accompli. Je suis persuadée que ces personnes seront en mesure de se reconnaitre!

 

Quel est votre rêve le plus fou pour la profession?

Que le public québécois soit en mesure de facilement reconnaitre un technologue parmi la multitude de professionnels de la santé rencontrés dans son parcours médical, et qu’il reconnaisse l’importance de la contribution des technologues dans le réseau. J’ai également espoir qu’un jour l’ensemble de la population pourra distinguer la profession de « technologue » aussi bien que celle de « dentiste », ou autres!