Édition d’octobre 2017 | Parution 01

Portrait | L’Ordre vous présente Charles Breton, t.i.m.

NOM : Charles Breton, t.i.m.

TITRE : Assistant-chef en radiologie 

LIEU DE PRATIQUE : Institut de Cardiologie de Montréal 

ANNÉE DE GRADUATION : 2008

 

Pourquoi avez-vous choisi la profession de technologue ?

« Pour conjuguer mes deux passions : la biologie et la technologie. Aussi parce que je suis fasciné par notre capacité à voir à l’intérieur du corps humain et par le rôle indispensable que nous jouons dans le diagnostic et le traitement de nombreuses pathologies ». 

 

Que retenez-vous de vos années d’implication au sein de l’Ordre ?

« Pendant mes 8 années d’implication dans le comité de la relève, j’ai eu la chance de rencontrer non seulement les étudiants qui aspirent à devenir technologues, mais aussi les nouveaux  diplômés. J’étais hautement stimulé par ce groupe ultra-dynamique constitué de jeunes technologues. Nos efforts visaient à accompagner les nouveaux membres dans leur intégration et à contribuer au rayonnement de notre profession. Je suis fier des projets développés aux fils des ans, notamment la réalisation d’un calendrier pour souligner la semaine des technologues. » 

 

Selon vous, quelles seront les qualités recherchées chez les technologues de demain ?

« Le technologue de demain devra être curieux pour répondre aux nombreux changements technologiques qui nous attendent. Son plus grand défi résidera dans sa capacité à maîtriser la technologie tout en déployant une approche humaine et emphatique à l’égard de ses patients. Les nouvelles technologies permettent des avancées impressionnantes, mais peuvent également accroître la productivité des technologues et réduire le temps consacré à l’exécution des examens. Il nous faudra donc toujours garder en tête que nous travaillons d’abord et avant tout avec des humains. »

 

Qui vous inspire ?

« Les gens qui m’inspirent sont ceux qui foncent, qui sont visionnaires et qui vont au-delà de leurs rêves. Steve Jobs en est un bon exemple. »

 

Quel est votre rêve le plus fou pour la profession ?

« J’aspire à ce qu’un jour, notre belle profession soit connue et reconnue par le public à sa juste valeur, et que l’on arrête de nous confondre avec les autres professionnels du monde médical. »